27 juin 2014 ~ 0 Commentaire

Ninnin de Bruges à Gand. 2ème partie

Ninnin de Bruges à Gand. 2ème partie

 1

Après un bon repas belge frites-poisson-miel, retour en ville. Rideaux verts et briques rouges. Trop classe !

 2

Toutes les maisons sont jolies ! Vraiment belle ville ! Ze rentre dans les musées, mais dehors, c’est aussi le musée. Comme en Italie à Florence. Une ville que z’avais adorée.

 3

Statues dorées et blasons bien peints. Z’en oublierais presque le but de mon voyage : me goinfrer de chocolats belges !

 4

Guy, notre guide qui sait tout, propose une ballade sur l’eau. Z’ai rien contre, à condition que l’eau soit pas trop près. Plus les reflets sont beaux, plus l’eau est froide (z’ai appris ça en Norvège) et là, le reflet est crès beau !

 5

Maisons ouvrières. Deux pièces. Le strict minimum. Z’entends d’ici mon cop’s Manif : « - Une honte, cette différence entre maisons riches et ouvrières ! L’ouvrier a droit au même confort ! ». Ze suis là que deux jours, alors ze préfère ne rien dire. La révoloursion doit venir de l’habitant !

 6

 Bateau stop. À moi la ballade en gondole dans la « Venise du nord ». Et les sensations fortes. Une humaine du groupe reste à terre avec une grosse boule au ventre. Pourtant, quand elle est mouillée, elle sèche vite, elle !

 7

Être un nounours aventurier n’est pas sans risque et la vue d’ici est incomparable. À l’avant et juste au bord, la meilleure place, z’ouvre grand mes nœils.

 8

« - Touout ! » Depuis la Norvège, ze suis un pro de la navigation. Pas loin du poste de pilotage, z’aide à la manœuvre. Mais oui, ça va passer. T’inquiète !

 9

Le temps presse et il faut penser à accoster. Z’ai un mouton à voir, à Gand, et un rendez vous avec un mouton, pour un ours, ça se rate pas ! Dom (mon humaine) m’a expliqué que c’est Gand de Belgique, et pas gant de toilette. Alors z’ai accepté d’y aller.

 10

« - Ay Marieke Marieke ze t´aimais tant
Entre les tours de Bruges et Gand 

Zonder liefde warme liefde
Waait de wind de stomme wind».

 La chanson français-flamand de Jacques Brel se promène dans ma tête. Alors, lui, il pouvait mélanger les deux langues ?

 10a

« - Salut ! C’est toi, l’agneau mystique ?

- Non, il est dans la cathédrale Saint-Bavon. Descends de mon dos, j’ai peur des ours.

- Tu as raison. Z’ai une sacrée envie de te manger. Dommage que tu sois en plastique ! »

 11

Wouah ! Ze me suis encore fait rouler ! Il est là-haut, tout en verre ! Et celui en peinture est parti se faire restaurer chez le Docteur Mouton ! Pas de bol.

 12

Après cette promesse de mouton, non tenue, ze commence à avoir un sérieux creux, moi ! Dans les marches, des jeunes humaines dessinent la cathédrale. Les peintres flamands sont pas prêts de disparaitre !

 13

Et c’est reparti, Guy en tête, pour une visite extérieure. Beffroy et hall aux draps.

 14

Gand est aussi pleine d’eau. Vigilance !

 14a

Magnifique ! Exposition de lard à tous les étages. Vite, mon Opinel ! Hum ! ze vais mieux ! Guy, on peut en visiter d’autres, des salles comme ça ?

 15

Musée des arts décoratifs. Une excellente idée si vous avez plein de gros livres qui servent à rien que vous ouvrez jamais et qui prennent de la place sur les étagères où il pourrait y avoir des nounours. À retenir !

 16

Un magnifique vase de Monsieur Dufy, normand et célèbre, comme moi.

 17

Z’ai un pitit penchant pour ce musée où ze peux rigoler et tout essayer. Hihihi !

 18

Une  table de maquillage pour artiste. Sans lavabo et pas assez de place devant. Ze m’amuse comme un ourson, mais y’a vraiment des trucs mal conçus ici !

 19

Wouah ! Pauvre cop’s ! Les humains sont maltraitants, des fois. Il faudrait le sortir de là et le porter à Éric Giovannini, Docteur nounours ! Z’ai une furieuse envie de casser la vitrine mais Dom me retient et m’emporte vite dehors.

 22

Mon séjour avance et ze n’ai toujours pas goûté le moindre pitit chocolat. Z’ai mal aux pattes arrières et ze refuse d’imaginer que z’ai fait tout ça pour rien. Un pitit tour en centre ville va peut-être tout changer !

 23

Ze tiens beaucoup à cette photo car ze suis tombé, truffe la première sur les pavés, une seconde plus tard et malgré les (nombreux) bisous de Dom, z’ai crès mal. Nounours aventurier, c’est vraiment risqué !

 24

Un château-fort ! en pleine ville ! Z’en oublie de pleurer sur ma truffe. Ze suis mousquetaire au service de la Reine Dom !

 25

Ouvrez, z’ai un pli urgent ! Z’ai fait diligence (ça veut dire vite) ! Hihihi !

 26

Le centre ville n’est pas loin. encore un pitit effort, Ninnin. Il devrait bien y avoir des cop’s chocolatiers. Jeff de Gand ? Pourvu que ce soit des produits de qualité, z’ai plus le temps de faire le délicat !

 27

« - T’es ma chance, cop’s ! T’as des chocolats belges ?

- Hip ! Chocolats ? Nee ! En Belgique, c’est la bière ! Tripel, Straff, Hommel, blonde, brune ! Hip ! Je goûte tout, tous les jours, hip ! Entre ! On va déguster ensemble ! hip !

 28

- Pas question ! Z’aime que la limonade ! Et puis, t’as vu dans quel état tu es ? Pas envie d’en faire autant ! »

 29 

Décidément, il va falloir créer une branche belge du S.N.O.P. pour protéger tous ces cop’s en danger ! Un syndicat européen ? Ze passe au large de toutes ces boutiques dangereuses et ze file au musée des Beaux-Arts.

 30

L’expulsion. Z’en pleurerais presque devant le tableau. Pas même un nounours ni une poupée pour les pitites filles. La misère totale. Et les autres qui s’en fichent derrière. Révoltant !

 31

Ze préfère ce joli jardin peint par une humaine. Il me rappelle celui de mon arrière Mémé quand les iris et les glaïeuls étaient fleuris.

Il faut rentrer à Bruges et z’ai toujours les pattes vides !

 32

Au Viet-Nam, quand ze veux de la chance, ze brûle un bâton d’encens. Maison des seigneurs de Gruuthuse. Voyons par là… Chic ! Une église !

 33

Galère ! Pour pas se mélanger au peuple, ils ont leur pitit coin privé. Ça veut dire quoi ? Pas le temps d’y réfléchir, ze fais vite le tour.

 34

« -Salut, Toi ! Tu connais une boutique de délicieux chocolats ?

- Bien sûr ! Juste en face ! À c’t’heure-là, c’est ouvert ! T’as le temps de filer ! Vu comme je suis beau, que mon Papa c’est Michelangelo et qu’ils vont payer rien que pour me voir, ils vont rester un bon moment. Sois chrétien, tu m’en rapportes ?

- Dac ! Jte dois bien ça ! »

 35

Super ! C’est ouvert !  Pour goûter, ze vide le « pot dégustation » sur le comptoir. Black, blanc, beurre, lettres de l’alphabet de A à Z (des fois qu’une lettre serait moins bonne). Ze prends tout ce qu’il me faut, plus le paquet promis et ze retourne à l’église.

 35a

« - Ze te pose ça là !

- Mille merci Ninnin. T’es plein de compassion !

- Ravi de t’avoir connu !

- Maman, tu m’laisses descendre, j’ai un truc à faire.

- Attends que les visiteurs soient partis et ne t’en mets pas plein le marbre blanc ! »

 36

Ze les laisse à leur conversation et ze rentre à l’hôtel, heureux. Z’ai tout ce qu’il me faut pour amandine (ma copine), les oursons, les cousins, Tonton et Tata, les copains de Dom, et Moi ! Z’attaque un  paquet.

 Z’arrête zuste après le début du mal de tête. M’écœurer serait grave !

 

 

Ze remercie Anne de m’avoir accepté dans le groupe, A.M.D. (musées de Rouen) si sérieux d’habitude, et d’avoir participé à quelques photos.

Retour à la liste des histoires

Retour aux histoires en Europe

 

Laisser un commentaire

Keepcalmandsmokeweed |
Souslesspotlight |
Nanablog2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CONSEIL MUNICIPAL ENFANT
| optimism
| Kitchensets4